Ville de Nemours - nemours.fr | Site officiel

Ville de Nemours
Inscription à la newsletter


s'inscrire se désinscrire

Partager sur facebook Partager sur twitter réduire le texte agrandir le texte imprimer

Recueillement à Nemours #JesuisCharlie

 

07844089-photo-je-suis-charlieJeudi 8 janvier à midi, de nombreux citoyens ont rejoint l’Hôtel-de-Ville pour rendre hommage, aux côtés des élus et du personnel communal, aux victimes de la rédaction de Charlie Hebdo, ainsi qu’aux deux policiers assassinés.

Après un bref discours, Valérie Lacroute a invité chacun à se tenir la main pour opérer une minute de silence à la mémoire des disparus.

 

Allocution de Valérie Lacroute :

En hommage aux victimes de cet attentat et pour défendre les valeurs de la République qui font la richesse et la force de notre pays, je vous remercie d’être présent pour ce moment de recueillement.

Durant ce deuil national de 3 jours, les drapeaux sont mis en berne et hissés à mi-mât sur les édifices publics.

Le plan Vigipirate au niveau alerte attentat, prévoit l’interdiction de stationner aux abords des établissements scolaires et suspend toutes sorties scolaires et toutes activités en dehors des établissements.

C’est avec une profonde consternation qu’hier matin nous avons pris connaissance de cet attentat barbare, sauvage qui bouleverse profondément notre pays mais également le monde entier.

Ce crime, lâche, odieux, commit de sang-froid a endeuillé la rédaction de Charlie Hebdo, personnel et policiers qui étaient en faction devant le siège de ce journal.

Aujourd’hui, chacune et chacun d’entre nous a une pensée pour les victimes et votre présence en témoigne, nous partageons la peine immense de leurs familles.

 

Les dessinateurs Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré,

Les participants au comité de rédaction : Elsa Cayat, Michel Renaud,

L’économiste Bernard Maris,

Le correcteur Mustapha Ourrad,

Les 2 policiers Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet.

Et Frédéric Boisseau, qui résidait dans une commune voisine à Villiers Sous Grez.

 

A travers leurs personnes, ce sont nos libertés les plus fondamentales qui sont attaquées : ce journal cultive depuis de nombreuses années, la liberté de penser, la liberté d’expression.

S’en prendre à la presse, c’est attaquer le cœur des libertés et de la démocratie mais c’est également s’en prendre à l’autorité de l’Etat républicain.

Je dis l’autorité de l’Etat et des valeurs de la République, car après l’horreur d’hier où deux policiers ont été tués, il faut ajouter ce matin le meurtre d’une policière municipale au sud de Paris.

Cet attentat, ces meurtres, sont des attaques contre la France et, la Nation toute entière doit donc s’unir, garder son sang-froid, et se mobiliser face à de tels événements.

 

Le deuil national est une décision rare, ce n’est que la cinquième fois qu’il est décrété sous la V° République.

Dans de tel moment, l’heure est à l’union nationale et les Français ont immédiatement montré sur les réseaux sociaux et dans les rues de nombreuses villes de France, qu’ils étaient capables, spontanément, d’unité.

 

Aujourd’hui, en hommage aux victimes de cet attentat et pour défendre les valeurs de la République Française qui font la richesse et la force de notre pays, je vous invite à respecter 1 minute de silence et à vous tenir la main.