Ville de Nemours - nemours.fr | Site officiel

Ville de Nemours
Inscription à la newsletter


s'inscrire se désinscrire

Partager sur facebook Partager sur twitter réduire le texte agrandir le texte imprimer

Julien Valen, silence on tourne ! Et on partage …

Les plus intimes le connaissent sous le nom de Hiboo et depuis 5 ans il travaille auprès de Thierry Boccanfuso pour l’association Musiqafon. Ce Nemourien de 25 ans, autodidacte dans de nombreux domaines, a décidé d’opérer un tournant dans sa vie. Cet été, il fermera le chapitre Musiqafon pour se consacrer à la réalisation de films. A l’inverse d’Obélix tombé dans la potion magique quand il était petit, c’est le caméscope de son père qui lui est tombé dans les bras dès l’enfance et qui lui ouvre cette voix.

Et quoi de mieux qu’un concours pour repérer les jeunes talents ? Julien se lance et participe à un concours national de court métrage : le Nikon Film Festival 2019.
Avec son ami Mathias Auster, jeune photographe nemourien, ils se motivent et décident de présenter chacun un film pour ce concours, dont le thème 2019 est « Le Partage ». Jolie coïncidence ! Pour Julien, ce sera « Je suis un idiot », et pour Mathias « Je suis votre hôte ».
Deux films qui sont restés longtemps dans le Top 50 du concours avant de se faire doubler par une déferlante de films, réalisés par des You tubeurs plus ou moins célèbres. Finalement, ils ne seront pas sélectionnés mais rien n’est perdu, puisque le prix du public récompensera dans quelques semaines les films les plus vus et les plus appréciés : n’attendez plus et votez ! De belles vues de Nemours à découvrir à la clé, en plus d’un court métrage audacieux et à la fois touchant, comme son réalisateur.

A m’assoir sur un banc…
Julien a imaginé son court métrage en voyant un homme seul assis sur un banc. L’inspiration est là, place à la réalisation ! En quatre jours, son projet est bouclé : écriture, tournage et montage. C’est un fait rare que tient à souligner ce spécialiste des travaux inachevés ! Pas toujours à l’aise dans ses baskets, Julien a été amené à se mettre en scène malgré lui. C’est un de ses amis qui devait jouer le rôle de l’homme sur un banc, mais faute de disponibilité, c’est contraint et forcé qu’il passe derrière la caméra. Finalement, le résultat est plus que réussi, nul besoin de surjouer son personnage mal à l’aise sur son banc !

Pour voter c’est par ici : https://www.festivalnikon.fr/video/2018/587