Ville de Nemours - nemours.fr | Site officiel

Ville de Nemours
Inscription à la newsletter


s'inscrire se désinscrire

Partager sur facebook Partager sur twitter réduire le texte agrandir le texte imprimer

David Lopez : Fief, dans les starting-blocks de la rentrée littéraire

C’est un jeune homme enjoué, au visage émacié et bruni par un périple de deux mois à vélo, à travers la France et l’Espagne, que nous accueillons en mairie pour son interview.

David a trente-deux ans et a sorti son premier roman, Fief, aux éditions du Seuil, il y a tout juste une semaine. Celui qui se disait stressé par le tourbillon de la sortie de son livre est finalement plutôt serein, enjoué et volubile pour parler de son travail.

 

Le roman

Fief est une plongée dans l’existence de jeunes, coincés entre banlieue et campagne, immobilisés entre isolement et solitude, un peu à la manière d’un aquarium, comme se plait à le souligner l’auteur. À aucun moment vous ne trouverez de repères spacio temporels, mais les Nemouriens ne s’y laisseront pas tromper ! De même pour les personnages, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait PAS être que fortuite …

Dans Fief, Jonas, le personnage principal du roman, raconte sa vie au travers de celle des autres. Ne cherchez pas d’intrigue, il n’y en a pas. Ce n’est pas l’histoire d’un boxeur qui a une revanche à prendre dans sa vie, ce n’est pas l’histoire d’une bande de dealeurs. Il s’agit plutôt d’un discours, un beau discours, parfois dur et incisif, sur « qu’est-ce que la vie quand on n’a pas de vie ? ».

Fief n’est pas non plus un journal intime, pas plus qu’un récit sociologique, malgré le cursus qualifié de l’auteur dans le domaine ! David Lopez a l’ambition d’avoir écrit un texte qui ne prescrit rien mais  relate un vécu, un vécu routinier. Il explique que sortir de cette routine, ce serait trahir sa condition.

 

L’ambition de l’écriture

L’histoire de David Lopez, c’est l’accomplissement d’un rêve pour celui qui aspire à devenir écrivain depuis qu’il est enfant. Après des études de sociologie, David intègre le tout premier Master de création littéraire à Paris 8. Au cours de cette formation axée sur la pratique, il rencontre des auteurs renommés qui flairent en lui le talent. Ce sont eux qui lui ont permis aujourd’hui d’être publié par la grande maison d’édition qu’est le Seuil.

Ce qui fait l’originalité de Fief et le caractère novateur de l’écriture de David, c’est sa musicalité, son oralité dans l’écriture. David emploie une langue contemporaine mais dans une forme classique. Assurément, il s’agit d’un nouveau genre littéraire.

 

Perspectives d’un challenger

Celui qui dit lui-même « ne pas aimer écrire en rigolant, mais plutôt aimer avoir écrit » travaille déjà sur son prochain roman. Écrire, pour lui, implique un repli sur soi, une certaine solitude. L’écriture peut facilement être source d’agacements et de frustrations. Ainsi, l’auteur peut très bien avoir une idée très précise de ce qu’il veut écrire , avant, finalement, de tout abandonner. À ce sujet, il cite volontiers Picasso : Si vous savez exactement ce que vous allez faire, à quoi bon le faire?

David se compare lui-même à un maquisard, qui produit un art qui ne vise pas à élargir son public. Pourtant, Fief fait déjà l’unanimité. Interviewé par France Culture, les Inrocks, 20 minutes, et bien d’autres,David fait partie des pressentis au prix Stanislas (résultat le 9 septembre à l’occasion de Livre sur la Place, première manifestation majeure de septembre, qui récompensera le meilleur premier roman de la rentrée littéraire).

 

David Lopez sera présent le 7 octobre pour une séance de dédicace à la Fnac de Nemours, qui aura lieu après l’apéro littéraire spécial «  rencontre d’auteur » organisée par la bibliothèque municipale (à 12h dans le hall d’Intermarché).

 

Pour David, le temps est une richesse, force de création littéraire. Nous lui souhaitons donc beaucoup de temps et autant de romans !