Ville de Nemours - nemours.fr | Site officiel

Ville de Nemours
Inscription à la newsletter


s'inscrire se désinscrire

Partager sur facebook Partager sur twitter réduire le texte agrandir le texte imprimer

Le Château-Musée face à la crue

Le rez-de-chaussée épargné mais les sous-sols noyés …

Tout le monde gardera en mémoire l’image du château de Nemours les pieds dans l’eau.

Tous les amoureux du Musée auront craint, avec la municipalité, pour l’édifice et ses collections.

Dans l’immédiat, plus de peur que de mal, l’exposition «  Au féminin » est intacte et le Château-Musée a rouvert ses portes au public hier, mercredi 22 juin.

Si le rez-de-chaussée, surélevé, a été épargné par la crue du 1er juin, cela n’a pas été le cas des sous-sols.

Plus d’1m50 d’eau se sont engouffrées dans les caves, engloutissant de nombreux vestiges.

La décrueà peine entamée, l’équipe du Château-Musée n’avait pu que constater les dommages et contacter la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelle) au plus vite afin de rendre compte de l’ampleur des dégâts et de mettre rapidement en place une action de nettoyage.

Heureux hasard, sept élèves conservateurs et restaurateurs de l’Institut National du Patrimoine devaient effectuer un « chantier-école » la semaine du 6 juin.

Finalement, leur mission, totalement gratuite, aura été plus conséquente.

13406863_1163185063733663_2663384032661964648_n13346455_1162480650470771_8515498156495208462_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi, en plus de restaurer et améliorer la conservation de photographies anciennes des collections du Château-Musée, leur tâche initiale, ceux-ci ont réalisé un long travail d’inventaire sur les œuvres conservées au sous-sol (lapidaires du Moyen-Âge, cadres de tableaux).

Prise de mesure, constat d’état, dépoussiérage, nettoyage, restauration, marquage, photographie, préconisation de conditionnement ou de restauration plus poussée auront occupé ces jeunes « experts » du Patrimoine durant une semaine.

 

Des dégâts qui apparaissent au fur et à mesure

Au thermo hygromètre, les mesures sont dignes des tropiques dans certaines réserves du musée avec 80% d’humidité dans l’air. Il faut contrôler le climat pour favoriser les bonnes conditions de conservation et éviter les développements de champignons, de moisissures, etc.

La météo de l’après-crue n’a pas favorisé un rapide retour à la normale.

Les ventilateurs mis en place dans l’immédiat ont ensuite été remplacés ensuite par des machines d’assèchement professionnelles.

La Salle des mariages dans l’ancienne Chapelle de l’Hôtel-de-Ville a été inondée à hauteur de 50 cm. Elle abritait et contenait également des œuvres des collections du Châteaux-Musée. Le Bezout, statue réalisée par le sculpteur Justin-Chrysostome Sanson, intégralement en marbre de carrare, ne craignait rien.  Mais les plâtres, en revanche, ont beaucoup souffert. Les semaines passant, les moisissures se développent, méfaits visibles de la crue sur les œuvres d’art.

 

13428495_1167545736630929_3534881750995475633_n 13432410_1167545819964254_1442524263811808717_n 13450061_1167545459964290_8330869557402597511_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Le commencement et La Fin, œuvres de Justin-Chrysostome Sanson en Salle des Mariages.

 

Le Château-Musée et la Ville remercient la DRAC, le Ministère de la Culture et de la Communication ainsi que tous les bénévoles ayant aidé à l’évacuation des sous-sols et au travail de nettoyage nécessaire après la crue pour permettre une réouverture rapide du bâtiment, symbole historique fort de Nemours !