Ville de Nemours - nemours.fr | Site officiel

Ville de Nemours
Inscription à la newsletter


s'inscrire se désinscrire

Partager sur facebook Partager sur twitter réduire le texte agrandir le texte imprimer

Mois du film documentaire

Samedi 24 novembre à 14h, la Bibliothèque vous propose une projection du film documentaire « Les règles du Jeu » de Claudine Bories et Patrick Chagnard, au cinéma Le Méliès.

Les réalisateurs seront présents aux côtés de la Mission locale de Nemours pour un échange avec les spectateurs.

 

À propos du documentaire

Lolita n’aime pas sourire. Kévin ne sait pas se vendre. Hamid n’aime pas les chefs. Thierry parle wesh. Ils ont vingt ans. Ils sont sans diplôme. Ils cherchent du travail. Pendant six mois, les coachs d’un cabinet de placement vont leur enseigner le comportement et le langage qu’il convient d’avoir pour décrocher un emploi. À travers cet apprentissage, le film révèle l’absurdité de ces nouvelles règles du jeu.

 

À propos des réalisateurs
Après une formation théâtrale, Claudine Bories réalise son premier film pour le cinéma, Juliette du côté des hommes, sélectionné au Festival de Cannes en 1981. Après des études de philosophie, Patrice Chagnard voyage plusieurs années en Orient et en Asie, puis se consacre à la réalisation de films documentaires pour la télévision. Entre 1992 et 2002, elle co-dirige Périphérie, un centre de création consacré au cinéma documentaire. En 1992, il fonde avec d’autres cinéastes documentaristes l’association Addoc, lieu de réflexion et de défense du documentaire de création, dont elle devient vice-présidente en 1994 ; c’est là qu’ils se rencontrent, collaborent aux films l’un de l’autre puis co-réalisent pour le cinéma Et nos rêves en 2007 et Les Arrivants en 2010.

 

Autour du film
« Dans Les Règles du jeu, sans quitter l’espace plat d’un open space, Patrice Chagnard et Claudine Bories parviennent à saisir la profondeur et l’étendue de la désagrégation sociale, intellectuelle et morale à l’oeuvre en France. (…)
« Nous cherchions à filmer les jeunes ouvriers, les enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants des mineurs, des gens qui travaillent dans les filatures, explique Claudine Bories. Ce qui nous a frappés, c’est à quel point, même s’ils n’en ont pas forcément conscience, ils sont imprégnés de cette culture ouvrière. Ils ne vivent pas du tout dans le même monde que les conseillers d’Ingeus, qui leur renvoient, à travers la novlangue qu’ils pratiquent admirablement, la culture de l’entreprise. Personne n’a jamais parlé comme ça devant eux ; ils ne comprennent absolument pas de quoi il s’agit. Nous sommes tombés sur cette entreprise un peu par hasard, mais c’est en constatant cette séparation que nous savions que nous avions un film. »
Six mois de tournage, cent trente heures de rushes ont été resserrés sur les seuls entretiens entre les conseillers et leurs « clients », qu’ils ont filmés au plus près des visages, pour y saisir le moindre frémissement, la moindre réaction. « Ils n’ont pas forcément les mots pour le dire, mais ils comprennent très bien que c’est aberrant, soutient Patrice Chagnard. Ils résistent par leurs corps, persistent dans leur être : c’est sur cela que nous nous sommes concentrés. »

Isabelle Regnier, Le Monde

« Ce qu‘il y a d’admirable et de singulier, dans le travail de Bories et Chagnard (en dehors d’une empathie évidente à l’égard de leurs jeunes « héros »), c’est qu’ils désignent le gouffre qui sépare des jeunes gens pas très à l’aise dans la vie (dans l’expression orale, dans leur tenue) avec le monde du travail.
Pourquoi, de nos jours, demande-t-on à une jeune femme qui veut devenir cuisinière en collectivité de savoir s’exprimer, de se tenir comme une petite bourgeoise coincée du cul, de répondre telle ou telle chose plutôt que telle autre parce que ça ferait mieux, alors qu’au fond, ce sont avant tout ses compétences professionnelles et elles seules qui devraient être jugées ? Pourquoi demande-t-on, dans une société aujourd’hui dévastée par le chômage, à des travailleurs manuels de posséder les règles du jeu social, de savoir se vendre comme un paquet de bidoche, de s’exprimer comme des commerciaux d’eux-mêmes, pour obtenir le simple et juste droit d’exercer leur métier ? C’est l’une des plus grandes injustices du monde actuel et le coeur du film : les règles d’un jeu pourri. »

Jean-Baptiste Morain, Les Inrockuptibles

 

Durée : 1h46

Entrée libre

Renseignements auprès de la Bibliothèque au 01 64 78 44 23